LES RELIGIONS ORIENTALES DANS L'EMPIRE ROMAIN :

 

 

Le culte de Mithra :

Un grand nombre de sujets romains avaient adopté le Mithraisme, et plus particulièrement les soldats (dans les camps militaires, Mithra était le dieu protecteur). La divinité indo-iranienne appelée Mitra (l'ami) en sanscrit et Mithra en avestique est décrite dans les Veda et dans l'Avesta comme étant le dieu des contrats et de la solidarité. Si son rôle est demeuré secondaire en Inde, où son culte ainsi que celui de son frère Varuna déclinèrent très vite, il n'en fut pas de même en Iran, où il prit une importance croissante et où il fut l'objet d'un culte très populaire; ce culte, transporté hors des limites de la Perse et agrémenté d'éléments étrangers, devint le noyau d'une religion avec initiation et enseignement ésotérique, connue sous le nom de mithriacisme. Les adorateurs de Mithra reconnaissaient une divinité unique manifestée par la lumière des astres, surtout le Soleil, brillant et invincible, ennemi de la nuit et des démons. Mithra, ange de la lumière, était un serviteur du dieu suprême Ahura Mazda (Ormuzd) et l'intercesseur des hommes auprès de lui. Cette religion était très austère; les initiés étaient soumis à des épreuves, puis baptisés par aspersion avec le sang d'un taureau sacrifié (taurobole) pour devenir frères d'armes. Les prêtres enseignaient que par la pratique de certains rites de purification, d'abstinence et de communion on pouvait participer à la nature des astres lumineux et immortels.

Le mithriacisme se répandit d'abord en Asie Mineure, en Égypte, puis en Italie où il fut apporté par les légions romaines et d'où il passa en Gaule, en Germanie et en Espagne. Il tint tête au christianisme jusqu'au IVe siècle, époque à laquelle il se heurta aux persécutions de l'empereur THEODOSE, dont un édit, en 391, interdit le culte païen et les sacrifices sous peine de mort. L'empereur JULIEN, par contre, fut un adorateur de Mithra. Le dieu est généralement représenté sous les traits d'un jeune homme coiffé d'un bonnet phrygien et vêtu d'un manteau flottant, d'une tunique courte et d'un pantalon oriental; il poignarde un taureau qu'il a terrassé. À Rome, le temple de Mithra était creusé sous le mont Capitolin, les mystères mithriaques se célébrant dans une caverne, à proximité d'une source.

 

Le Mazdéisme :

Le Mithraisme qui était une religion à mystères, était issu du Mazdéisme, nommé aussi Zoroastrisme (du prophète Zoroastre). Le Mazdéisme nait au VIeme siècle avant Jésus-Christ. Il est dit que Zoroastre fut né miraculeusement d'une vierge, qu'il donna la loi aux anciens Perses, fut inspiré de l'Esprit de Dieu qui descendit sur lui à l'âge de 30 ans, et fut amené dans le désert pour être tenté du Diable. Zoroastre prêchait aux Perses : Il n'y a qu'un seul Dieu, celui de la lumière et du ciel, Ahura-Mazda, le Seigneur-Sage, qui est le Créateur de toutes choses. Zoroastre avait écrit deux millions de vers et une Bible qui se nomme le Zend-Avesta. Zoroastre enseignait que le dieu Ahura-Mazda et Ahriman ou Satan, combattaient pour leur prédominance, mais qu'à la fin le Diable serait vaincu et que le mal cesserait à jamais. Alors viendrait la résurrection, et le corps serait revivifié étant réunit de nouveau avec son âme. La religion Mazdéenne prêcha aussi la venue d'un Sauveur qui a une étonnante ressemblance avec Jésus : Zoroastre, étant assis près de la source d'eau vive, ouvrit la bouche et parla ainsi à ses disciples : "Je m'adresse à vous mes amis que j'ai nourris de ma doctrine. Écoutez, que je vous révèle le mystère prodigieux concernant le Grand Roi qui doit venir dans le monde. En effet, à la fin des temps, un enfant sera conçu et formé avec tous ses membres dans le sein d'une vierge, sans que l'homme l'ait approché. Il sera pareil à un arbre à la belle ramure et chargé de fruits, se dressant sur un sol aride. Les habitants de cette terre s'opposeront à sa croissance et s'efforceront de le déraciner du sol, mais ils ne pourront point. Alors ils se saisiront de lui et le tueront sur le gibet. La terre et le ciel porteront le deuil de sa mort violente et toutes les familles des peuples pleureront. Il ouvrira la descente vers la profondeur de la terre, et de la profondeur il montera vers le haut. Alors, on le verra venir avec l'armée de la lumière, porté sur les blanches nuées; car il sera l'enfant conçue de la Parole génératrice de toutes choses. Quand se manifestera le début de son avènement, de grands prodiges apparaîtront dans le ciel. On verra une étoile brillante au milieu du ciel, sa lumière l'emportera sur celle du soleil. Or donc mes fils, gardez le mystère que je vous ai révélé, qu'il soit écrit en votre coeur et conservé dans le trésor de vos âmes. Et quand se lèvera l'astre dont j'ai parlé, que des courriers soient envoyés par vous, chargé de présents, pour l'adorer et lui faire offrande. Ne le négligez pas, car il est le Roi des rois, et c'est de lui que tous reçoivent la couronne". Le Seigneur mentionné ci-haut n'est pas Jésus mais Mithra, connu anciennement sous le nom de Thammuz, dont le caractère fut associé aux aspirations messianiques d'Israel. Mithra fut engendré par Ahura-Mazda et fut son égal comme fils. Il est né dans une caverne et des bergers vinrent l'adorer lui apportant des présents. Il était l'incarnation de Hélios, le dieu Soleil; et par le fait de sa naissance dans une caverne, il devint identifié à Apollo et fut reconnu comme le dieu du rocher et adoré comme le Bon Berger, le Soleil spirituel, la lumière céleste, et le chef des sept esprits divins.

 

Le Manichéisme :

La doctrine du perse Mani (216-276), encouragé par le roi Chahpuhr Ier, fut prêchée jusqu'en Inde à la faveur des expéditions de ce dernier et dans de nombreuses régions à l'occasion des voyages de son fondateur. Prétendant à l'universalité, elle se répandit dans l'empire romain et ultérieurement dans le monde musulman. Mani demandait d'ailleurs à ses adeptes d'errer perpétuellement dans le monde, prêchant la doctrine et guidant les hommes dans la Vérité. Des fragments de textes ont été retrouvés au nord-ouest du Turkestan chinois et rédigés en différents dialectes persans, en chinois et en vieux turc (ouïgour). Cette diversité témoigne de la fabuleuse extension de la doctrine de Mani. Peintre, calligraphe et poète, Mani se considérait comme le Paraclet annoncé par Jésus et porteur d'une nouvelle révélation. Son étude repose sur le témoignage de saint Augustin qui le réfuta dans ses Confessions, ainsi que sur des sources syriaques, arabes, persanes, pahlavies ou arméniennes. Combinant des éléments chrétiens, zoroastriens et bouddhistes, la doctrine est fondée sur une conception dualiste du monde: celui-ci est gouverné par l'antagonisme radical du Bien (la Lumière, l'esprit) et du Mal (les ténèbres, la matière). L'homme, enfermé dans la matière, doit s'en libérer par la connaissance. Mani forma les églises Manichéennes vers l'an 275 et fut mis à mort dans son pays à cause de ses idées, mais celles-ci se répandirent dans l'Empire Romain.

 

L'Empereur Constantin et le Christianisme :

Dès que les persécution cessèrent contre les chrétiens dans l'Empire Romain, le Christianisme entra dans les cours et les palais des rois. La voie était préparée pour l'introduction d'une transformation radicale au sein du Christianisme. La tradition veut que l'Empereur CONSTANTIN eut une vision à la veille de la bataille du pont Milvius, le 28 Octobre de l'an 312, lorsqu'il marchait contre MAXENCE, et se soit convertit brutalement au Christianisme. En fait CONSTANTIN n'était motivé que par la conviction que la foi chrétienne l'aiderait à unifier l'Empire Romain. Il espérait réformer la religion de l'Empire, d'en détrôner tous les dieux et d'établir le culte absolu de Mithra, le fils du Soleil. CONSTANTIN fut un adepte de Mithra et suivit les pas de Zoroastre et de Mani pour faire une réforme habile et subtile du Mithraisme en lui donnant une apparence chrétienne. L'occasion se présenta pour CONSTANTIN lorsqu'il marcha vers Rome avec son armée, et que ses soldats virent dans le ciel un signe formé par les rayons du soleil en forme de la lettre "X". Les soldats Romains, marqués de superstitions, y reconnurent immédiatement le signe d'Apollo, "Sol Invictus" qui signifie "le Soleil invincible". CONSTANTIN décida de se servir du Christianisme pour servir ses propres intérêts. Ce fut dans une discussion avec DACIUS, un de ses généraux, que CONSTANTIN dit : "Le Christianisme proprement contrôlé peut devenir une puissante force pour maintenir l'ordre dans l'Empire. Si je suis là pour régner, je dois le gouverner partout". CONSTANTIN sût reconnaître dans la lettre "X" du signe d'Apollo, son équivalent dans le Grec ou la lettre "X", qui se prononce "CH", et qui est l'initiale du nom du Christ. Réalisant que dans sa signification ce signe unissait le Paganisme et le Christianisme il se dit: "Par ce signe je vaincrai". Le lendemain il ordonna à ses artisans de fabriquer un étendard sur lequel serait suspendu un drapeau avec la lettre "X", et qui devait en plus être peint sur tous les boucliers de ses soldats. Après sa victoire sur MAXENCE au pont Milvius, CONSTANTIN prit alors le titre de "Maximus Augustus", le "Suprême Vénérable", fils d'Apollo, "Souverain Pontife" des Mystères Chaldéens du Culte du Soleil, et maître suprême du Paganisme, et rencontra LICINIUS à Milan au début de l'an 313. Ils prirent alors en commun les décisions qui formulèrent l'édit de Milan, proclamant la liberté chrétienne, et attribuant à tous la liberté d'adorer Dieu sous la forme qui leur plaisait. De plus il fallait obtenir que chaque religion fit sa paix et son unité. Cette liberté provisoire dura pour une période de douze ans, jusqu'en 325 (conseil oeucuménique de Nicée). Dans la première partie du 4ème siècle, CONSTANTIN poursuivit son objectif d'une réforme Mithraique, et proclama un édit qui établit le Dimanche comme jour de fête obligatoire, dans toute l'étendue de l'Empire Romain. Ce fut à ce moment qu'on commença à changer le nom des fêtes païennes et qu'on leur donna des noms chrétiens: la fête de Saturne, c'est à dire de Mithra ou Apollo, devint Noel; la fête d'Astarté ou Ishtar devint Pâques; la fête de Thammuz ou Lucifer devint la Saint-Jean, etc...CONSTANTIN comprenait, en effet, que si les mêmes jours étaient observés par les Chrétiens et les Païens, tous seraient incité à embrasser sa nouvelle forme de christianisme. CONSTANTIN était déterminé à rassembler le monde Chrétien sous ses étendards.

 

 

 

 

LA VILLE DE ROME

LES CITOYENS ROMAINS, LES ESCLAVES ET LES AFFRANCHIS

DECORS DE LA VIE , HYGIENE ET SANTE

LA CONDITION DE LA FEMME, LE MARIAGE

L'EVOLUTION DES SCIENCES ET DES TECHNIQUES

LA FABRICATION DES MONNAIES

L'EXPLOSION DU VESUVE DU 24 AOUT 79

LES GLADIATEURS ROMAINS

L'ARMÉE IMPÉRIALE ROMAINE

STRATÉGIE ET TACTIQUE DE COMBAT

JULES CESAR PRECURSEUR DE L'EMPIRE

 

 

Retour au Sommaire

Retour à la page d'entrée du site